Sixième remise du Bâton d’Euclide

ererererererererererer

Le Bâton d’Euclide, version bretonne

SIXIÈME REMISE DU BÂTON D’EUCLIDE

Le samedi 3 novembre, à la Chambre des métiers et de l’Artisanat d’Ille-et-Vilaine, à Rennes, a été transmis pour la sixième fois le célèbre Bâton, qui commence à faire parler de lui jusque dans la presse.

2013_01_04a_kokkos

Yannis Kokkos, récipiendaire du Bâton 2010, a remis la statuette à Angélique Ionatos. Compositrice, chanteuse, guitariste, madame Ionatos est célèbre bien au-delà des cercles hellénophiles. Habituée des Prix de l’Académie Charles Cros, elle a souvent porté en musique les œuvres d’Odysséas Elýtis : Marie des Brumes (Maspero, 1982) – Le monogramme (Fata Morgana, 1997) – Dit de juillet (1991).

2013_01_04b_ionatos

La poésie, qui est peut-être bien la forme la plus aboutie de la littérature, et la musique, qui est reconnue comme le plus puissant de tous les arts, sont intimement faites l’une pour l’autre. Quand ces deux-là s’entrelacent, elles produisent une magie qui emporte tout, et qui crée du neuf : les émotions, les pensées s’envolent et vont très loin, l’auditoire se bonifie, chaque personne renforce son humanité… L’œuvre du poète, visitée par la musicienne, devient ainsi un monument nouveau, et à qui alors appartient cet enfant ? À nous tous, évidemment, et aux êtres qui nous suivront ; c’est là notre héritage. Voilà pourquoi Angélique Ionatos était naturellement digne de recevoir le Bâton du vieil Euclide.

ererer

Angelique Ionnatos, entre Olivier Barraud de l’agence Phares & Balises, et Yannis Kokkos.

 

Un bel article :

Sylvie Le Moël, journaliste, a relaté la séance sur le site de l’agence Bretagne-Presse dès le 4 novembre :

RENNES/ROAZHON — 6ème édition du Bâton d’Euclide à Rennes : L’Association Hellénique de Bretagne (AHB) célèbre la musicienne et compositrice grecque Angélique IONATOS.
Pour la première fois depuis sa création par l’Association Hellénique de Bretagne, ce prix prestigieux récompensant la transmission et la mise en lumière de la culture grecque, a été remis à une femme.
C’est sous la Présidence d’honneur de Costa GAVRAS – lui même lauréat en 2009 – qui s’est exprimé en duplex depuis Athènes, que le scénographe Yannis KOKKOS, dernier détenteur en titre, a transmis le trophée à sa compatriote musicienne, la guitariste-compositrice Angélique IONATOS. Née à Athènes en 1954, Angélique a dû quitter son pays natal pour fuir la dictature des colonels. Arrivée à Paris à l’âge de 17 ans, elle enregistre avec son frère Photis son premier album intitulé Renaissance qui lui vaut le Prix de l’Académie Charles Cros. C’est le début d’une belle carrière, inspirée par les grands poètes grecs : Elytis, Cavafy, Palamas, Sartouris sans oublier la poétesse antique, Sappho. « Ma vraie patrie c’est ma langue. À travers les poètes, j’ai retrouvé mon pays, et l’important pour moi, c’est de parler et de chanter grec » affirme l’artiste, amoureuse de la poésie des mots, mais particulièrement émue de recevoir ce trophée.
La cérémonie rassemblait un parterre d’adhérents de l’Association : grecs et bretons, philhellènes, hellénistes et hellénophones avec leurs conjoints venus de plusieurs départements bretons, mais aussi des représentants des jumelages St Brieuc/ Aghia Paraskevi et Quimper/Lavrio. Le programme, étoffé et orchestré par l’Agence Phares et Balises, a rendu un vibrant hommage aux cinq précédents détenteurs du bâton d’Euclide, avec notamment un extrait du prochain film de Costa GAVRAS (Le Capital qui sort le 14 novembre) et un passage des Troyens de Berlioz mis en scène par Yannis KOKKOS (Théâtre du Châtelet, 2003). Après le mot du Président Théo EFSTATHIOU et la présentation d’un émouvant montage audio-visuel réalisé par Alain DABADIE retraçant le parcours artistique d’Angélique IONATOS, la musicienne grecque Elisa VELLIA a enchanté l’assemblée par les vibrants accords de sa harpe celtique et la beauté des paroles de ses chansons… en grec bien sûr ! À quand une coopération entre les deux musiciennes pour exprimer les affinités électives entre la Grèce et la Bretagne ?
 
Sylvie Le Moël

 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s